Tuur Florizoone Solo "Night Shift"   (Be)

Du Brésil aux USA, du classique au folk et au jazz, Tuur fait fi des frontières

Tuur Florizoone.jpg

Tuur Florizoone : Accordéon

18h30 - 19h à l'église (jauge limitée)
&
20h45 - 21h15 à l'église
(jauge limitée)

Ensembles belgo-belges ou internationaux, aventures circassiennes, ateliers brésiliens avec Gilberto Gil ou concerts aux côtés de Manu Chao… L’accordéoniste et compositeur Tuur Florizoone est un homme de scènes et de contacts. Mais lors du confinement imposé par la crise du Covid 19, dans l’(extra) ordinaire de cette assignation à résidence, lui a été offerte une rencontre inattendue et capitale avec la solitude de la nuit. Tuur Florizoone en sort un petit bijou de finesse et d’intimité : Night Shift, tout premier album solo en quinze ans de carrière.

Si l’on parle d’une identité jazz forte et ouverte à tous les vents, alors Tuur Florizoone en est assurément un fier ambassadeur. Le natif de Leuven a toujours multiplié les passages de frontières. C’est d’ailleurs à l’étranger qu’il a découvert son instrument de vocation. Bien engagé sur la voie du piano, Tuur Florizoone, adolescent, fréquente l’École du Cirque de sa ville. À l’âge de 14 ans, sa promotion est invitée à se produire en Hongrie. Avec son cachet, le jeune musicien achète sur place un accordéon, curieux d’essayer d’accompagner ses camarades circassiens sur un piano… à bretelles. C’est la révélation. Tuur et l’accordéon ne se quitteront plus, même si l’artiste continuera d’arranger et de composer la majorité de son œuvre sur un piano.

Pour « Night Shift », Tuur Florizoone a écouté la nuit, sa tendresse et son mystère, son souffle ténu, ses craquements. En orfèvre, il a cherché à les traduire sur son éternel accordéon. Et il y est parvenu. Night Shift, paru sur son label Aventura Musica, est un album profond, feutré et ample à la fois, où l’instrument exprime toute la palette de ses couleurs organiques. On l’entend respirer et l’on respire avec lui.